pictogramme d'une voiture
Le Pneumatique

Les Français et l’automobile

Immatriculations

Le parc de voitures particulières augmente régulièrement depuis la fin de la seconde guerre mondiale, au rythme de la croissance de la population et du nombre de ménages. Il est de l’ordre de 33 millions de véhicules et son rythme annuel de croissance est d’environ 0,7% par an depuis 10 ans.

Les immatriculations de voitures particulières neuves fluctuent d’une année à l’autre, car elles sont influencées par des paramètres conjoncturels, tels que fiscalité, primes de mise à la casse, système de bonus-malus et primes à la conversion. Toutefois, si de 1998 à 2011, elles ne s’étaient pas écartées d’une valeur moyenne de 2 millions de voitures par an, elles sont descendues entre 2012 et 2013 autour de 1,8 millions, atteignant même en 2013 le niveau le plus bas depuis 1997. En 2014, les immatriculations de véhicules neufs sont reparties à la hausse pour atteindre 2,14 millions de véhicules en 2018. La proportion de voitures diesel décroit et atteint en 2018, 59% du parc. Après une augmentation continue jusqu’en 2013, cette tendance s’est inversée depuis 2017.

Le parc de VUL (Utilitaires) croît sensiblement au même rythme que celui des voitures particulières. Le parc total de VI (Poids Lourds) est pratiquement stationnaire depuis 25 ans. Sa structure (répartition entre tracteurs routiers et camions et entre les différents PTAC) est stable depuis quelques années.

Immatriculations de véhicules neufs en France par an

véhicules neufs immatriculés par an

Sources : CCFA

Voitures par ménages

La proportion de ménages qui ne disposent pas de voiture diminue ; d’après une enquête Sofres, elle était en 2015 de l’ordre de 17% et de l’ordre de 15% en 2018. Les ménages non motorisés relèvent de plusieurs catégories, qui peuvent d’ailleurs se recouper : personnes très âgées vivant seules ou en couple et ayant abandonné la voiture, habitants des villes-centres des grandes agglomérations, jeunes ménages, ménages momentanément sans voiture et/ou en instance d’achat, etc.La motorisation des ménages varie fortement au regard des zones géographiques. Hors paris, elle demeure importante dans les grandes agglomérations.

82% des ménages possédent au moins une voiture dans les villes de plus de 200 000 habitants.

Taux de motorisation des ménage en france 2016@3x-100

Kilomètres parcourus

Pour les voitures particulières, on peut retenir un parcours de l’ordre de 13 100 km par an en moyenne, qui est quasiment constant depuis 2008 ; cette constance peut être expliquée notamment par la proportion croissante des secondes ou troisièmes voitures des ménages, qui circulent moins que la voiture principale. Les voitures diesel sont créditées d’un kilométrage annuel (15 895 km) supérieur à celui des voitures à essence (8 988 km). Pour les véhicules utilitaires, on peut retenir en moyenne. Le nombre de kilomètres parcourus par les conducteurs en France reste stable depuis 2018.

Pour les véhicules utilitaires, on peut retenir en moyenne environ : VUL : 17000 km, avec 16 850 km pour les véhicules diesel, VI (PL) : 32 500 km, Autocars : 37 500 km

Toutefois, les parcours annuels sont fortement dégressifs en fonction de l’ancienneté des véhicules. Les camions anciens n’occupent qu’une place modeste dans la circulation (5 à 6% pour les camions de plus de dix ans) ; la diffusion des progrès en matière d’émissions est donc plus rapide que pour les voitures. 

Données issues de Faits et Chiffres 2019 (UNION ROUTIÈRE DE FRANCE)

 

pictogramme d'une voiture

Voitures

km/an

en moyenne

pictogramme d'une camionnette

Utilitaires

km/an

en moyenne

pictogramme d'une voiture

Poids Lourds

km/an

en moyenne

pictogramme d'une voiture

Autobus

km/an

en moyenne