Des progressions à 2 chiffres ont été enregistrées sur tous les segments durant le mois de juin. Le retour des clients dans les points de vente est rassurant mais le retard pris pendant les 55 jours de confinement sera dur à rattraper. La légère hausse des prix moyens enregistrée durant ce mois de reprise est un élément positif, écartant, au moins provisoirement, le spectre d’une guerre des prix. Les ventes de pneus Poids Lourds neufs repartent plus fortement que celles des pneus rechapés. 

Tourisme, Camionnette, 4×4

Reprise en V, en U, voire en L, tous les scénarios ont été imaginés et professés par les instituts de conjoncture durant ces dernières semaines. Sur le marché du pneumatique, les courbes des tendances en sortie de semestre tracent un V plutôt rassurant. L’effet de rattrapage a été clairement ressenti en juin, premier mois plein sans confinement. Comme le montrent les derniers résultats du panel Sell Out GFK/SPP, c’est sur les segments des pneus 4X4 ou SUV (+24,1%) et camionnette ou VUL (+19,1% ) que la reprise est la plus franche. Les volumes de pneus tourisme ont progressé de 14,7%.

Sur les 6 premiers mois de l’année, le manque à gagner en termes de chiffre d’affaires est estimé à 175,3 millions d’euros sur les ventes de pneus TC4 (hors prestations) soit -23,6% par rapport à la même période 2019.

Les marques B (+28,1%) et les marques Budget (+25,7%) affichent des tendances nettement supérieures aux marques Premium (+10,4%) et aux marques de distributeurs (+0,5%). Enfin, la bonne tenue des pneus Toutes Saisons (+56,6%), affichant sur ce mois de juin des volumes comparables à ceux d’un mois de février ou mars, confirme la réalité du phénomène de rattrapage.

Les acteurs de l’après-vente automobile, dont les pneumaticiens, ont été les grands oubliés du plan de relance. Fort heureusement le marché du pneumatique a montré des signes de redémarrage plutôt rassurants. Néanmoins, de nombreuses questions restent en suspens : Dans quelle proportion les kilomètres non parcourus durant les deux mois de confinement seront-ils rattrapés ? La baisse de l’utilisation de l’automobile liée au télétravail sera-t-elle compensée par l’augmentation de l’utilisation de l’automobile liée à la peur des transports en commun, autant pour aller travailler que pour partir en vacances ? Quel impact sur le marché du remplacement aura l’afflux de véhicules neufs bénéficiant de la prime à la conversion ? Quelles seront les conséquences des difficultés du transport routier sur notre activité industrielle ? La deuxième partie de l’année reste donc très incertaine et notre optimisme doit rester mesuré, en espérant quelques coups de pouce, comme par exemple la promulgation de la loi Montagne.

Dominique Stempfel

Président, Syndicat des Professionnels du Pneu

Les prix moyens sont en légère hausse de +2,8%, tous segments confondus. Les politiques de renforcement des marges priment visiblement à tous les niveaux de la filière pneumatique.

La reprise est nettement plus soutenue sur le canal des négociants spécialistes (+20,9%) que sur celui des centres autos/réparateurs rapides (+10,2%), et ce, malgré des écarts de prix moyens relativement stables.

Dans une grande région Centre/Est s’étalant de l’Eure-et-Loire à la Haute-Saône et de la Haute-Vienne à la Savoie, les volumes progressent plus fortement (+22,7%) que sur le reste du territoire. Parmi les régions les plus durement touchées pendant la période de confinement, l’Ile de France (+17,1%), se situe au dessus de la moyenne nationale (+14,7%). A l’inverse, en région Est, le redémarrage se révèle moins vigoureux qu’espéré (+11%).

Pneu Poids Lourds

Durant la période de confinement, l’activité Poids Lourds a relativement moins souffert que l’activité TC4. Au plus fort de la crise, la chute des volumes avoisinait les 50% contre 80% sur le TC4. En mai, les volumes PL étaient revenus à des niveaux quasi équivalents à ceux de 2019. En juin, ils progressent de +17,2%. La reprise est plus marquée sur les pneus neufs (+19,8%) que sur les rechapés (+11,1%). Les prix moyens sont stables sur le neuf (+1,4%) comme sur le rechapé (0%).

La perte de chiffres d’affaires sur le premier semestre est estimée à 20 millions d’euros sur les ventes de pneus Poids Lourds (hors prestations). La perte de 13 millions d’euros sur le rechapé s’avère d’autant plus inquiétante qu’elle frappe une industrie durement touchée par les exportations de pneus low-cost en provenance d’Asie.